11 août 2018


fin d'averse -
un moineau picore
une pâquerette


***


soir d'été -
un insecte noyé
dans le bain d'oiseaux


***


petit tour de jardin -
les cris d'une mésange
m'accompagnent


***


salade bio -
un chenille verte
dans le bac de lavage


***


lever du jour -
pas de grasse matinée
pour le moustique

13 juillet 2018


Les Carnets d'un Haïjin prennent quelques semaines de vacances 😎

Rendez-vous vers la mi-août pour de nouvelles aventures !

D'ici là, bel été à toutes et tous.

A bientôt

7 juillet 2018


démarrage de la tondeuse -
un coup de vent courbe
les pâquerettes 


***


par endroits
la pelouse se souvient 
avoir été prairie 


***


silence du soir -
le chuchotis de l'eau
au pied des jeunes plants


***


salle de réveil -
par la porte coulissante
le soleil dans les arbres


***


fenêtre de la chambre -
des mésanges à cache-cache
dans le platane 

29 juin 2018


solstice d'été -
la terrasse décorée
de fientes rouge cerise


***


premier soir d'été -
le hérisson du jardin
boit l'eau des oiseaux


***


deux battements d'ailes
d'un épi de lavande à l'autre
le papillon blanc


***


parking de l'hôpital -
une bouffée de roses
avant d'entrer


***


montée ombragée -
un petit lapin assis
au milieu de la route

22 juin 2018


vaisselle du soir -
deux secondes de libellule
à la fenêtre


***


butin de balade :
l'odeur du foin et le rouge
des coquelicots


***


entre haie et compost
un chemin
d'herbe couchée


***


panne d'inspiration -
et si je m'achetais
un nouveau stylo ?


***


sur la clôture
le merle et son petit
bec à bec

15 juin 2018


entre les barbelés
le vieil âne broute
les fleurs du fossé


***


quartier chic -
une villa s'appelle
"Propriété sous surveillance"


***


salle d'attente -
la vieille dame demande
un tromblon de crayon de bois


***


goûter de cerises -
des traces rouge sang
au bec du merle


***


tombée du soir -
deux pies et le voisin
dans le cerisier

8 juin 2018


brume matinale -
les battements d'une cloche
à ma rencontre


***


attentivement
l'abeille maçonne inspecte
chaque trou du mur


***


la pluie sur les tuiles
couvre le bruit
de mes pensées


***


57.5
le compteur de mon vélo
compte les syllabes


***


petit matin -
la mine fripée
des fleurs du ciste